Certaines équipes utilisent un Sprint 0 pour préparer leur backlog produit, l’infrastructure (environnement de développement, accès, …), l’organisation, … Est-ce que cela fait partie de la méthodologie Scrum ? Est-ce vraiment utile ?

Lorsque je commence un projet dans une organisation Scrum, je force mon équipe projet à utiliser le premier sprint pour effectuer la mise en place et avoir une vue finale du projet. Je suis bien conscient que ce n’est pas forcément très agile, mais afin de pouvoir mener des projets lourds tout en gardant une fréquence de livrables présentable de 2 semaines, il faut bien pouvoir anticiper certaines actions et avoir la vue d’ensemble permettant un pilotage de projet efficace.

La mise en place est relativement simple. Ce sprint 0 commence un sprint avant la réunion de lancement (kick off) du projet. Le but est de :

  • identifier les principaux éléments du backlog
  • fournir l’environnement de travail aux différents intervenants du projet (accès, réseau, serveur, compte, …)
  • démarrer la première modification dans cet environnement de travail (code, customisation, …) afin de s’assurer que tout est fonctionnel.

Dans la mesure du possible, il convient de garder ce sprint le plus court possible, mais d’expérience une durée d’une à deux semaines est tout à fait réaliste en fonction de l’organisation pour laquelle j’interviens ou des habitudes de travail.

De mon côté, en tant que chef de projet en charge du planning, je m’assure de pouvoir obtenir trois livrables :

  • une liste des fonctionnalités / user stories avec une estimation de charge
  • un planning de livrable avec les différentes fonctionnalités / user stories rattaché un une itération
  • l’architecture synthétique, c’est à dire la manière dont les fonctionnalités vont vraisemblablement être implémentées

Avec l’équipe projet, l’objectif est légèrement différent. Ici, il faut estimer les fonctionnalités les plus importantes, s’accorder sur la définition de la réalisation (definition of done) et construire la relation avec le client ou le business owner.

Donc, sommes-nous encore dans la définition d’un projet Scrum ? L’itération a une longueur différente de la norme, et le résultat n’est pas de produire une fonctionnalité testable d’un outil, ce qui nous fais sortir de cette définition. Par contre, est-ce utile ? Clairement oui.

Ken Schawber, le co-créateur de Scrum, s’accorde à dire que le sprint 0 est devenu une phrase utilisée pour décrire le planning qui a lieu avant le premier sprint («  »Sprint 0 has become a phrase misused to describe the planning that occurs prior to the first sprint » »).

Cela m’aura au moins permit de mettre un nom sur ce que j’avais déjà mis en place naturellement.

Et vous ? Comment initiez vous vos projets dans la méthodologie Scrum ?

Sprint zero. Qu’est ce et pourquoi ?
Taggé sur :        

Une réflexion sur “Sprint zero. Qu’est ce et pourquoi ?

  • 15 novembre 2016 à 10:02
    Permalink

    Ken Schawber, n’est pas le co-créateur de Scrum, c’est le seul créateur de Scrum.
    L’autre, c’était un simple commercial organisateur d’événement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.